Contacts
Language

La médecine anthroposophique 

La médecine anthroposophique est une médecine intégrative, qui s’alimente à deux sources : l’une issue des sciences de la nature, de la médecine conventionnelle avec sa méthodologie et ses résultats, de l’autre des connaissances des sciences humaines. 

 Pour la médecine anthroposophique, la vie du corps et de l’âme s’influencent mutuellement et représentent un tout, composant l’individualité de chaque être. Cet aspect est un point fondamental en médecine anthroposophique pour poser un diagnostic et proposer une thérapie.

De ce fait elle n’est pas une médecine alternative, car elle ne veut pas remplacer la médecine conventionnelle. Au contraire, elle s’appuie sur les bases de la médecine moderne, mais va encore une étape plus loin. La médecine anthroposophique utilise la recherche scientifique et ce qu’elle met à disposition : techniques médicales, contrôles en laboratoire, médicaments, interventions chirurgicales, soins intensifs.




Dans sa démarche thérapeutique, le médecin anthroposophe va au-delà du corps physique. Il voit le patient comme un tout complexe et considère que pour le soigner, il faut tenir compte de ses multiples dimensions : émotions, esprit, caractère, biographie, particularités physiques, éducation, milieu de vie, aspirations, etc…

La médecine anthroposophique cherche, en plus des caractères propres de la maladie, à intégrer les caractéristiques particulières du patient pour la prise en charge ultérieure. Car chaque être est unique et chaque soin l’est aussi, même si chez beaucoup d’êtres ces caractéristiques se ressemblent.

Une médecine pour l’être individuel. 


De ce fait la médecine anthroposophique n’est jamais globale. Elle écarte la routine. Même si les images de la maladie se ressemblent, chaque maladie a sa propre image façonnée par le patient et qu’on ne peut séparer de son individualité.

La médecine anthroposophique se base sur les indications fournies par le corps physique, mais aussi par le psychisme et la personnalité qui ont entraîné les facteurs de la maladie.

Afin de comprendre ces indications et les traduire sur le plan thérapeutique pour chaque patient, l’expérience médicale, l’intuition, les connaissances scientifiques, la capacité de poser un diagnostic sont des paramètres importants en médecine anthroposophique. Une médecine qui met entre parenthèse l’être comme individu, n’est pas une médecine humaine.

Sur le plan thérapeutique, la médecine anthroposophique se sert d’une part de processus par lesquels le patient reste passif (interventions chirurgicales, médicaments allopathiques, massages), mais utilise également des méthodes qui l’intègrent comme participant actif.


Médicaments à partir de substances naturelles


La thérapie médicamenteuse se réfère à des données pharmacologiques anthroposophiques dont les composants naturels seront déterminés par les caractéristiques typiques de la maladie. De plus on y associe des médicaments qui correspondent à l’individualité du patient. Il s’agit la plupart du temps de médicaments homéopathiques et autres, qui stimulent l’activité propre de l’organisme et ses processus de guérison.

Lors de la prescription, le médecin anthroposophe met l’accent sur la partie de l’organisme à stimuler afin de guérir. Ainsi par exemple des substances amères issues de la racine de la gentiane jaune ou de la chicorée sauvage peuvent stimuler la sécrétion de sucs digestifs et les mouvements de l’estomac et de l’intestin. Les huiles essentielles issues des Labiacées comme le romarin et la lavande peuvent par leur chaleur propre stimuler la circulation sanguine et résoudre les crampes.

De plus on utilise des substances spécialement adaptées à une maladie et dont la composition agit en fonction du tableau général de l’image de la maladie. Des préparations à base d’extrait de plantes, d’origine minérale ou animale y sont associées.

Le type de médicament, sous forme d’extrait ou dilution homéopathique , est déterminé par le médecin en fonction du type et du déroulement de la maladie, des symptômes , de la souffrance, de la durée de la maladie ,de l’état des forces et de l’âge , mais avant tout en fonction de l’activité interne et externe du patient.

En cas de nécessité, on utilise aussi des médicaments classiques comme la cortisone ou les antibiotiques.


IFEMA - Formations médicales en médecine anthroposophique

AREMA : Association pour la recherche et l'enseignement en médecine anthroposophique